Une compétitrice du RCM nous parle (suite et fin)

Julie nous a raconté précédemment ses premiers coups de rame. La voilà maintenant engagée dans la compétition de haut niveau.

Julie 4

Julie se prépare aux 10 km de Mulhouse

Premiers succès

J’avais rencontré ensuite les autres filles d’Alsace, Ella, Lisa et Sara avec qui j’avais ramé quelque fois en quatre pour la coupe de France que nous n’avions pas fait au final. C’était vraiment dommage. Mais à la place, Ella, rameuse à l’Aviron Strasbourgeois, et moi avions ramé en double pour la régate de Savoie Mont-Blanc à Aiguebelette où nous avions fait premières, juste devant les suisses de Genève. C’était ma première médaille en aviron. Puis après il y a eu les championnats de zone Nord Est où j’ai terminée 4èm et qualifiée pour les championnats de France trois semaines plus tard. J’y ai fait 18ème, loin derrière la havraise Margaux Bailleul, une fille impressionnante en skiff.

L’année d’après j’ai essayé de trouver par tous les moyens une coéquipière pour faire du deux sans barreur parce que je ne voulais plus faire de skiff. J’ai commencé par une 4ème place prometteuse à la première tête de rivière de la saison et un test ergo un peu décevant un mois après.

Première blessure

Et puis je me suis blessée au coude, une petite fracture. J’ai été immobilisé des bras pendant trois mois mais c’est au bout d’un mois que je l’ai vraiment su. J’ai cru que ce n’était qu’une tendinite mais en réalité non. Ma saison était finie. Et, je pense que ça a dû arriver à beaucoup de jeunes qui passent leur bac, je tournais autour de la moyenne mais j’étais incapable de déterminer si j’allais l’avoir ou pas. J’étais confronté à un échec assuré (celui de ma blessure) et d’un envisageable si je ne commençais pas à me bouger. J’avais continué comme j’ai pu les entraînements même s’ils devenaient lassants. J’alternais entre le dyno (machine ergométrique ressemblant à une presse) pendant que les autres sortaient sur l’eau ou ramaient sur la machine et la presse elle-même pour les séances de musculation. Le week-end je me faisais un peu plaisir en me faisant de petits triathlon : course à pied, vélo et dyno. Ou lors des séances de préparation physique généralisée des loisirs, je les faisais avec eux mais je remplaçais les exercices des bras par les jambes. Et puis mon entraîneur après un long moment m’a prêté son vélo pour que je puisse l’utiliser à l’intérieur. Je reprenais enfin de la motivation quand je voyais mes cuisses grossir légèrement et que les autres m’en faisaient aussi la remarque. C’était bon signe. Le plus dur était d’attendre l’année d’après pour faire mes preuves en suivant les compétitions nationales et internationales des juniors surtout, mais aussi des seniors.

Passe ton bac d’abord !

Est arrivé le moment où j’ai été convoquée pour un entretien sur Lyon. Je me suis arrangée pour pourvoir passer dans les trois clubs d’aviron. Je suis allée dans chacun d’entre eux mais il y en avait un qui se démarquait plus des autres. Mais je ne voulais pas prendre ma décision trop rapidement et pouvoir me décider tranquillement. Le huit est mon bateau favori et il se trouve qu’il y en avait un bon à l’aviron union nautique de Lyon et l’entraîneur m’a présenté aux entraîneurs du pôle ce qui m’a été très utile puisque grâce à eux j’ai pu entrer à l’université en STAPS. Il ne manquait plus qu’à avoir le bac. C’était un autre problème et je me souviens qu’un mois avant l’examen je me suis mise d’accord avec mon père pour que je révise seule à la maison. Je me levais, je prenais mon petit déjeuné et dès 8h je commençais à bossé jusqu’à 23h parfois. J’avais trop de chose à réapprendre et à apprendre parfois mais à chaque fois que je craquais je me répétais que je ne voulais surtout pas refaire une terminale. Les entraînements se faisaient beaucoup plus rares et une semaine avant je n’allais même plus au club. Je n’ai jamais autant travaillé de ma vie c’est le cas de le dire. Et… J’ai fini par l’avoir ! Je n’avais plus qu’à finaliser mon inscription à la fac de Lyon.

Avant ! Avant ! Union le melhor !

Maintenant je suis à Lyon et je m’éclate bien. Je suis dans une filière d’étude qui me plais beaucoup, un entraînement suivi et varié (je fais enfin des bateaux longs!) et ma première compétition a été très bonne pour une reprise de course. J’ai fait 4ème sur 45 et je cherche maintenant une coéquipière pour continuer ma saison en pair. Pourvu que cette fois-ci ça mène à quelque chose. J’ai fais plusieurs sorties au pôle en bateaux longs avec des filles qui sont en équipe de France senior et moins de 23 ans. Un vrai bonheur.

Et si je peux donner un conseil à tous les étudiants : prenez une chambre dans une résidence universitaire. Il n’y a rien de mieux pour se faire une super bande de potes et rencontrer des personnes aussi exceptionnelles que drôles. Ça vient remplacer la famille qui nous attendait tous les soirs et qui nous remontait le moral quand il y en avait besoin.

Un peu nostalgique de Mulhouse et du RCM

Quant à Mulhouse, c’est un vrai plaisir d’y retourner. Pour le cocooning familial, la bonne cuisine de maman, les soirées entre amis du lycée et encore pour retrouver mes compagnons du club. Je suis contente d’avoir un moyen d’échappatoire ne serait-ce que pour une semaine et de revoir ces personnes aussi exceptionnelles que drôles

Un petit mot pour le RCM

Même si ce que je vis à Lyon est vraiment extraordinaire comme expérience, je ne peux pas nier que Mulhouse me manque énormément et que je compte bien revenir un jour. Je n’ai pas vraiment souvenir de moments qui m’ont particulièrement déplu mis à part quelque petites prises de tête avec mes chers ex-partenaires d’entraînements. Mais les relations que j’ai eu avec eux dans aucun club de sport je ne les ai eu. Et le fait d’y avoir aussi quelques membres de sa famille compte beaucoup aussi. Quant aux loisirs, vous êtes un soutient incorrigible ! Je prends beaucoup de plaisir à m’entraîner sur les même horaires que vous et parfois partager une petite bière.

I come back soon !

L’auteur des selfies se reconnaitra!!

Publicités
Cet article, publié dans Compétitions 2015, LA VIE DU RCM, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s