Le chavirage

Le jeudi 9 Juillet, des volontaires ont pu tester leur capacité à remonter sur un skif  suite à un chavirage. Pour ceux qui n’ont pas pu participer à la séance, voici quelques informations utiles pour éviter le chavirage et remonter sur le bateau.

Les principales causes de chavirage

Le niveau de pratique du rameur

Le chavirage intervient le plus souvent pendant les périodes d’apprentissage notamment en bateau court. Des consignes qui sont données aux débutants sont:

  • Ne jamais lâcher ses pelles ;
  • En couple, éviter de laisser la poignée de l’aviron aller plus loin que le corps sur l’arrière ;
  • Ne pas chercher à employer trop de force.

Les fautes techniques

Une fausse-pelle, même dans un bateau relativement stable comme un canoë, peut très vite se terminer en chavirage. Cet incident peut arriver quel que soit le niveau du rameur.

Le matériel

Le matériel peut également être à l’origine d’un chavirage:

  • Barrette mal fermée ou mal vissée ;
  • Cale-pieds mal fixé ;
  •  mauvais entretien ou  défectuosité :
  • Desserrage  du collier ;
  • Bris ou déboîtement de la poignée ;
  • Desserrage de l’axe de la dame de nage ;
  • Déboîtement de l’axe de la barrette ;

Il faut toujours vérifier l’état du bateau avant de partir et signaler les réparations à effectuer (ou les faire soi même, bien sûr, si elles sont faciles à réparer).

Les collisions

Le bateau peut percuter un obstacle :

  • Fixe: pile de pont, ponton, haut-fond,
  • Imprévisible: objet flottant comme des branches, souches d’arbres, paquets d’herbes et autres objets divers…).

Tous ces objets flottants sont dangereux car ils peuvent détériorer fortement la coque, endommager barre et dérive, voire provoquer des chavirages. Signaler leur présence aux autres rameurs si vous en rencontrez.

Consignes à respecter en cas de chavirage

  • Ne pas cherchez  à  rejoindre la berge à la nage en cas de chavirage, même si elle paraît relativement proche. Sur l’eau, il est très difficile d’estimer les distances. De plus, il n’est pas facile de nager tout habillé dans une eau plus ou moins froide en ayant déjà produit un effort physique. Nul n’est à l’abri d’une défaillance, même le meilleur nageur ;
  • Ne cherchez à regagner la berge que si personne ne peut vous porter secours. Dans ce cas servez-vous de l’embarcation ou des avirons comme flotteurs. Déplacez-vous avec des battements de pieds ou en «ramant» avec les mains. Les seules raisons qui justifient de partir à la nage pour rejoindre la berge sont un bateau qui dérive et qui se rapproche d’un danger immédiat et important: barrage, pile de pont, bateau commercial …
  • Ne quittez jamais votre embarcation mais hissez-vous sur la coque retournée. Il faut se servir de celle-ci comme d’un flotteur et maintenir la poitrine hors de l’eau pour lutter contre le froid. Ces simples recommandations permettent d’attendre les secours en toute sécurité, même dans de mauvaises conditions climatiques .

Comment remonter dans le bateau en cas de chavirage?

La première opération lors d’un chavirage est bien entendu de se dégager du bateau. Si le bateau est retourné, le remettre dans le bon sens :

  • Mettre les 2 avirons parallèlement à la coque.
  • Se placer à côté du bateau au niveau du siège, légèrement derrière le porte-nage.
  • Attraper le portant opposé en passant un bras par-dessus la coque.
  • Tirer sur le portant à l’aide de son poids pour faire pivoter le bateau sur lui-même.

Pour remonter dans le bateau :

  • Placer les 2 avirons perpendiculairement à la coque en bonne position pour ramer.
  • Se placer à côté du bateau au niveau du siège, légèrement derrière le portant.
  • Prendre les poignées des 2 avirons dans la main située à côté du portant.
  • Abaisser cette main et faire pencher le bateau vers soi.
  • Placer l’autre main sur la planchette où l’on pose son pied pour rentrer ou sortir du bateau. La main doit être mise le long de l’axe longitudinal du bateau, voire un peu au-delà.
  • Se hisser sur le bateau en s’appuyant sur la planchette, et éventuellement un peu sur les avirons.
  • Placer son centre de gravité (nombril) au-delà de la ligne médiane du bateau. S’appuyer sur le bateau.
  • Pivoter sur le ventre et passer la jambe du même côté que la main appuyée sur la planchette de l’autre côté de la coque.
  • Relever la main tenant les poignées d’aviron et rééquilibrer le bateau.
  • S’appuyer sur la planchette pour se redresser et pour s’asseoir sur le siège. On se retrouve à califourchon sur le bateau.
  • Replacer ses pieds dans les chaussures.

Démonstration en video

En espérant que cet exercice ne soit pas nécessaire!

Cet article a été publié dans Sécurité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s